Scroll Top
AFLP 2 rue de la Mairie, 67460 Souffelweyersheim, France

Prières enseignées par Jésus

Les prières se trouvent dans le Livre du Ciel, Tome 1 à 15.

Jésus a précisé à Luisa que le démon avait discerné que Dieu avait des vues très spéciales sur elle, qu’elle apporterait une très grande gloire à Dieu, et qu’elle serait une importante cause de défaite pour lui. Quelle que soit la façon dont il s’y prit, il ne parvint jamais à faire pénétrer en elle des affections ou des pensées impures, parce que Jésus y avait fermé toutes les portes à Satan.

Table des Matières

Que le Seigneur soit béni à jamais et que tout concoure à sa gloire !

Le Livre Du Ciel, Tome 1

La créature doit garder son regard fixé sur Jésus, et n’agir qu’avec lui et que pour lui

12 mai 1960

Tu dois garder un oeil sur moi et l’autre sur ce que tu fais. Je veux que tu saches faire abstraction des personnes, pour que, quand on te demande de faire quelque chose, tu le fasses comme si la demande venait directement de moi. Les yeux fixés sur moi, ne juge personne. Ne regarde pas pour voir si la tâche est douloureuse, dégoûtante, facile ou difficile. Tu fermeras tes yeux à toutcela et tu les ouvriras sur moi, sachant que je suis en toi et que je surveille ton travail. « Dis-moi souvent:

« Seigneur, donne-moi la grâce de bien faire du commencement à la fin tout ce que j’entreprends, et que j’agisse seulement pour toi. Je ne veux plus être l’esclave des créatures. »

Fais ainsi pour que, quand tu marches, tu parles, tu travailles, ou fais n’importe quoi d’autre, tu agisses seulement pour ma satisfaction et mon plaisir. Quand tu subis des contradictions ou reçois des blessures, je veux que tu aies les yeux fixés sur moi et que tu croies que tout cela vient de moi et non pas des créatures. « Fais comme si, de ma bouche, tu entendais ceci: « Ma fille, je veux que tu souffres un peu. Par ces souffrances, je te ferai belle. Je veux enrichir ton âme de nouveaux mérites. Je veux travailler sur ton âme pour que tu deviennes comme moi. » Et pendant que tu endures tes souffrances pour mon Amour, je veux que tu me les offres en me remerciant de t’avoir fait gagner des mérites. En le faisant, tu compenseras avantageusement pour ceux qui t’ont fait du mal ou qui t’ont fait souffrir. Ainsi tu marcheras tout droit devant moi. Ces choses ne te dérangeront pas, et tu connaîtras une paix parfaite. »

Par elle-même, l’âme n’est capable de rien; elle doit tout à Jésus

 Je l’ai prié comme suit: 

« Mon bon Professeur, je t’implore de rester toujours tout près de moi, pour que, sous ta direction, je sois toujours disposée à bien faire. La preuve m’a été donnée que je peux tout bien faire avec toi et que, sans toi, je fais tout de travers. »

Et, toujours tendrement, Jésus ajouta: « J’essayerai de te satisfaire sur ce point, comme je l’ai fait sur beaucoup d’autres. Je veux seulement ta bonne volonté, et je te donnerai à profusion l’aide que tu attends de moi. »

Le vrai sens des souffrances endurées pour les péchés

Jésus explique à Luisa le vrai sens des souffrances endurées pour les péchés.

« Ô Seigneur, puisque j’ai été ingrate et mauvaise envers toi, et que tu as été si bon pour moi, aie pitié de moi en me faisant toujours ressentir la contrition de mes péchés dans la mesure de l’amour que tu as et que tu auras toujours pour moi. »

La sagesse de la Croix

« La Croix est la marque du vrai chrétien. » 

« Bien-aimée de mon Coeur, puisque tu désires ardemment la fragrance que mes souffrances dégagent à partir de la Croix, je satisfais tes désirs en crucifiant ton âme et en te communiquant chacune de mes souffrances; mais si tu n’étais pas si peu disposée à démontrer à chacun combien tu m’aimes, je voudrais aussi sceller ton corps de mes Plaies sanglantes et visibles. Je veux dans ce but t’enseigner la prière suivante à dire pour obtenir cette grâce:

« Ô Très Sainte Trinité, baignée dans le Sang de Jésus-Christ, je me prosterne devant ton Trône et, dans une profonde adoration, je te supplie par les sublimes vertus de Jésus, de m’accorder la grâce d’être toujours crucifiée. »

Neuvième excès d’Amour

« Mon Jésus, mon Amour, ma Vie, mon Tout, ne meurs pas. Je t’aimerai toujours, et je ne te laisserai jamais, peu importe le sacrifice qu’il pourrait m’en coûter. Donne-moi toujours la flamme de ton Amour afin que je t’aime toujours et que, le plus tôt possible, je sois consumée d’amour pour toi, mon éternel Bien. »

Le Livre Du Ciel, Tome 2

Le mépris de soi doit être vécu dans la foi

26 mai 1899

J’ai compris qu’il me faut plonger dans mon néant et découvrir qui je suis, mais sans m’arrêter là. Au contraire, quand j’ai bien vu qui je suis, je dois m’immerger dans la mer immense de Dieu pour y retirer toutes les grâces dont mon âme a besoin, sans quoi ma nature se fatiguerait et le diable aurait beau jeu pour me conduire au découragement. Que le Seigneur soit béni à jamais et que tout concoure à sa gloire!

Jésus prépare Luisa à la communion

12 juin 1899

Dès le premier regard de Jésus, je l’ai supplié de me purifier et il m’a semblé que tout ce qui jetait une ombre sur mon âme fut balayé. À son deuxième regard, je lui ai demandé de m’illuminer. En effet, à quoi servirait à une pierre précieuse d’être pure si elle ne peut attirer les regards admirateurs en brillant devant leurs yeux? On la regarderait peut-être, mais d’un œil indifférent. J’avais besoin de cette lumière non seulement pour faire resplendir mon âme, mais aussi pour m’aider à saisir la grandeur de ce qui allait m’arriver: j’allais être non seulement regardée par mon doux Jésus, mais identifiée à lui. Jésus semblait me pénétrer comme la lumière du soleil pénètre le cristal. Ensuite, comme il me regardait toujours, je lui ai dit:

« Très aimable Jésus, puisqu’il t’a plu de me purifier, puis de m’illuminer, sois gentil maintenant et sanctifie-moi. Cela est très important puisque je vais te recevoir, toi le Saint des Saints. Il n’est pas convenable que je sois si différente de toi. »

Jésus emprunte la forme de Luisa

13 août 1899

Que tout concoure à sa gloire et que son saint nom soit béni à jamais!

Luisa continue d’agir comme la maman de Jésus

16 août 1899

Je vais écrire ce dont je me souviens avoir chanté à Jésus:

Petit Bébé, tu es petit et fort, de toi j’attends tout réconfort. Petit Bébé, gracieux et beau, même les étoiles sont éprises de toi. Petit Bébé, prends mon cœur, remplis-le de ton amour. Petit Bébé, tendre petit, fais-moi petit bébé aussi. Petit Bébé, tu es un paradis, je me délecte de ton sourire éternel!

Plaire uniquement à Jésus

21 août 1899

Tu ne peux comprendre l’influence qu’une âme, dont l’unique but est de me plaire, peut avoir sur mon Cœur, et la force d’attraction qu’elle exerce sur moi. Je me sens tellement liée à cette âme que je me sens obligé de faire ce qu’elle désire.

J’ai compris qu’il parlait ainsi parce que, ces derniers jours, quand je souffrais terriblement, je répétais sans cesse intérieurement : 

« Mon Jésus, tout par amour pour toi! Que ces souffrances soient autant d’actes de louanges et d’hommages pour toi! Qu’elles soient autant de voix qui te glorifient et de preuves de mon amour pour toi! »

La patience dans les tentations est une nourriture pour Jésus

30 septembre 1899

La patience déployée, l’humiliation subie et l’offrande à Dieu de nos souffrances pendant la tentation sont un pain nourrissant pour Jésus qu’il accepte avec grand plaisir.

L’espérance est une mère pacifique et compatissante

14 octobre 1899

Quand tu vois ma justice s’armer contre les gens, entre dans le royaume de l’espérance et, t’emparant de ses plus puissantes prérogatives, monte vers mon trône et fais tout ce que tu peux pour désarmer mon bras. Fais cela avec ta voix la plus éloquente, la plus tendre et la plus compatissante, avec les arguments les plus convaincants et les prières les plus ardentes que l’espérance elle-même te dictera. Mais quand tu verras que l’espérance défend certains droits de justice absolument indispensables et que tenter de t’y opposer serait un affront pour elle, alors ajuste-toi et soumets-toi à la justice.

Terrifiée plus que jamais d’avoir à me soumettre à la justice, je dis à Jésus: « Ah! Seigneur, comment puis-je faire cela? Ça me paraît impossible! La seule pensée que tu dois châtier tes créatures m’est intolérable, car elles sont tes images. Si, au moins, elles ne t’ appartenaient pas. Ce qui me torture le plus, c’est de te voir les châtier toi-même, car ces châtiments s’effectuent sur tes propres membres et, ainsi, tu en souffres beaucoup toi-même. Dis-moi, mon seul et unique Bien, comment mon pauvre cœur pourra-t-il te voir ainsi souffrir, frappé par toi-même? Si les créatures te font souffrir, ce ne sont que des créatures et, de ce fait, c’est un peu plus tolérable. Mais quand tes souffrances proviennent de toi-même, je trouve cela trop difficile et je ne peux le prendre. Par conséquent, je ne peux me conformer ni me soumettre. » Rempli de pitié et très touché par mes paroles, Jésus prit un air affligé et bienveillant et me dit: « Ma fille, tu as raison de dire que je serai frappé dans mes propres membres et, en t’écoutant parler, je me sens rempli de compassion et de miséricorde et mon cœur déborde de tendresse. Mais, crois-moi, les châtiments sont nécessaires »…

Les biens terrestres doivent servir à la sanctification de l’homme

21 octobre 1899

Les biens terrestres doivent servir à la sanctification de l’homme et non pas pour qu’il s’en fasse des idoles.

J’ai vu mon très cher Jésus. Il était tellement souffrant et indigné à cause des hommes que c’était pénible à voir. Je lui dis:

« Seigneur, je t’offre tes plaies, ton sang et l’usage très saint que tu as fait de tes sens durant ta vie mortelle en réparation des offenses qu’on te fait, plus particulièrement du mauvais usage que les créatures font de leurs sens. »

Le Livre Du Ciel, Tome 3

Mon Bien-aimé, donne-moi le même pouvoir que toi

28 novembre 1899

« Je ne peux faire que ce qui m’est donné par toi. Ceci est tellement vrai que lorsque me vient le désir de souffrir davantage pour mieux te témoigner le grand amour que j’ai pour toi, si tu ne me concèdes pas de souffrir, cela n’est pas en mon pouvoir et je suis contrainte à me résigner à être inutile, comme je l’ai toujours été par moi-même. La souffrance est en ton Pouvoir. Quelle que soit la manière que tu veuilles utiliser pour me manifester ton Amour, tu peux le faire quand tu le veux.

Mon Bien-aimé, donne-moi le même pouvoir que toi et je te montrerai ce que je sais faire pour te manifester mon amour. Dans la mesure où tu me donnes ton Amour, dans la même mesure je te donnerai le mien. »

Offrande dans la confiance totale

6 janvier 1900

Alors, à travers ma misère, la pensée me vint de lui offrir, comme myrrhe, mon corps avec toutes les souffrances des douze années pendant lesquelles j’avais été alitée, prête à souffrir et à continuer aussi longtemps qu’il le désirerait. Comme or, je lui offris les douleurs que je ressens quand il me prive de sa présence, ce qui est pour moi la chose la plus souffrante et la plus douloureuse. Comme encens, je lui offris mes pauvres prières en les unissant à celles de la Reine Maman, afin qu’elles soient plus acceptables pour Jésus bébé.

J’ai fait mon offrande dans la confiance totale que l’Enfant allait l’accepter. Cependant, il me sembla que même si Jésus acceptait ma pauvre offrande avec grand plaisir, ce qu’il aimait le plus était la confiance avec laquelle je l’offrais.

Ma fille, n’aie pas peur

26 février 1900

Ma fille, n’aie pas peur, car je ne te laisserai pas. Quand tu es privée de ma présence, je ne veux pas que tu perdes coeur. Plutôt, à partir d’aujourd’hui, quand tu seras privée de moi, je veux que tu prennes ma Volonté et que tu te réjouisses en elle, m’aimant et me glorifiant en elle, en la considérant comme si elle était ma Personne même. En faisant ainsi, tu m’auras dans tes mains mêmes.

Seigneur, si tu ne veux pas écouter mes prières, je sais que c’est ce que je mérite

3 juin 1900

 « Seigneur, si tu ne veux pas écouter mes prières, je sais que c’est ce que je mérite. Si tu ne veux pas avoir pitié des gens, tu as raison, parce que nos iniquités sont très grandes. Mais je te demande une faveur: que tu aies pitié pendant que tu punis tes images. Par l’Amour que tu as pour toi-même, je te demande de ne pas envoyer de punitions dès maintenant. Tu enlèves le pain de tes enfants et tu les fais mourir! Oh non! ce n’est pas dans la nature de ton Coeur d’agir de cette manière! Je vois que la souffrance que tu ressens est telle que si c’était en son pouvoir, elle te donnerait la mort! »

Tout affligé, il me dit: « Ma fille, c’est la Justice qui me fait violence. Cependant, l’Amour que j’ai pour le genre humain me fait violence plus encore. Ainsi, d’avoir à punir les créatures plonge mon Coeur dans une angoisse mortelle. » Je lui dis: « Seigneur, décharge ta Justice sur moi et ton Amour ne sera plus tenaillé par elle. Je t’en supplie, laisse-moi souffrir et épargne-les, au moins en partie! »

Comme s’il s’était senti obligé par ma prière, il vint près de ma bouche et y versa de la sienne un peu de l’amertume épaisse et dégoûtante qu’il portait.

Viens, embrasse-moi

12 juin 1900

« Viens, embrasse-moi et honore tous mes Membres souffrants par tes actes d’adoration habituels. »

J’ai commencé par sa Tête et, ensuite, un à un, j’ai passé à chacun de ses autres Membres. Oh! combien de blessures profondes et horribles couvraient son très saint Corps!

Tout ce qui sort de Dieu entre en Dieu

9 août 1900

« Tout comme le son d’un instrument de musique est plaisant à l’oreille de celui qui l’entend, tes désirs et tes larmes sont à mon oreille une musique très plaisante. Pour qu’ils soient encore plus doux et plaisants, je veux te montrer une autre façon: ne me désire pas avec ton désir mais avec mon Désir. Tout ce que tu veux et désires, veux-le et désire-le parce que je le veux, c’est-à-dire prends-le dans mon intérieur et fais-le tien. Ainsi, ta musique sera plus plaisante à mon oreille, car ce sera une musique provenant de moi-même.» Il ajouta: «Tout ce qui sort de moi entre en moi. Quand les hommes se plaignent qu’ils ne peuvent pas obtenir ce qu’ils me demandent, c’est qu’ils demandent des choses qui ne sortent pas de moi. Alors ces choses ne sont pas très faciles à faire entrer en moi pour ensuite ressortir de moi et leur revenir. Tout ce qui est saint, pur et céleste sort de moi et entre en moi. Pourquoi donc s’étonner si je ne les écoute pas quand ils me demandent des choses qui ne sont pas de moi? 

Garde bien à la pensée que tout ce qui sort de Dieu entre en Dieu. »

M’écoutant avec bonté, il fut ému

31 août 1900

Voyant que le Sang coulait de ses Mains, je lui demandai de verser le Sang de sa Main gauche en faveur des pécheurs qui devaient mourir et qui étaient en danger d’être perdus, et le Sang de sa Main droite en faveur des âmes du purgatoire. M’écoutant avec bonté, il fut ému. Il versa son Sang sur une région et ensuite sur une autre.

Le Livre Du Ciel, Tome 4

Les ardeurs du Cœur de Jésus

4 septembre 1901

Les ardeurs du Cœur de Jésus pour la gloire de la Majesté divine et le bien des âmes.

« Ma bien-aimée, entre en moi pour prendre part aux souffrances des ardeurs de mon Cœur. Il les vit pour la gloire de la Majesté divine et pour le bien des âmes. Cherche à combler ces vides de ma gloire. Tu pourras le faire en ne laissant passer aucun moment de ta vie qui ne soit uni à ma vie. En d’autres mots, à toutes tes actions, qu’il s’agisse de la prière ou de la souffrance, du repos ou du travail, du silence ou de la conversation, de la tristesse ou de l’allégresse, ou même de la nourriture que tu prends, en somme, à tout ce qui peut t’arriver, tu adjoindras l’intention de me donner toute la gloire qui devrait m’être donnée à travers ces actions. Tu y ajouteras l’intention de suppléer pour le bien que les âmes devraient faire, mais ne font pas, et de suppléer pour la gloire non reçue à cause de cela. »

« Si tu fais cela, tu combleras en quelque sorte les vides dans la gloire que je dois recevoir des créatures, et mon Cœur en éprouvera un rafraîchissement dans ses ardeurs. De ce rafraîchissement découleront des ruisseaux de grâces au bénéfice des mortels, ce qui leur infusera une plus grande force pour faire le bien. »

La puissance de nos intentions dans nos actions

9 septembre 1901

Je lui dis:

« Ah! Seigneur, pour toutes les gouttes de sang et les larmes que tu as versées, pour toutes les épines dont tu as souffert, pour toutes les blessures que tu as reçues, je veux te donner autant de gloire que celle qu’auraient dû te donner toutes les créatures si le péché d’orgueil n’avait pas existé. Je veux aussi te demander pour toutes les créatures toutes les grâces nécessaires pour la destruction du péché d’orgueil. »

Pendant que je disais cela, j’ai vu que Jésus contenait en lui le monde entier, de la même façon qu’une machine contient en elle toutes ses pièces. Toutes les créatures se remuaient en Jésus, et Jésus se déplaçait vers elles. Il semblait que Jésus recevait la gloire de mon intention et que les créatures revenaient vers lui pour pouvoir recevoir le bien que j’avais invoqué pour elles. J’étais stupéfaite. En voyant mon étonnement, Jésus me dit : «Tout cela te semble surprenant, n’est-ce pas? Ce que tu as fait semble insignifiant mais, pourtant, il n’en est pas ainsi. Que de bien on pourrait faire si on répétait cette intention, mais on ne le fait pas ! »

La Maman Reine redonne des forces à Jésus

14 novembre 1900

Jésus me demanda un soulagement pour ses souffrances. N’ayant rien à lui offrir, je lui dis: « Mon très doux Amour, si la Maman Reine était ici, elle pourrait te restaurer avec son lait. Quant à moi, je n’ai rien d’autre que mes misères. » Pendant ce temps, la très sainte Reine vint et, immédiatement, je lui dis : « Jésus éprouve le besoin d’un soulagement. Donne-lui ton très doux lait pour le soulager. » Alors, notre très chère Maman lui donna son lait et mon bien-aimé Jésus fut totalement refait.

L’Humanité de Jésus a été créée exprès pour obéir

5 janvier 1901

Je lui dis: «Veux-tu quelques réparations? Faisons-les ensemble. Unies aux tiennes, mes réparations feront leur effet, alors que, faites uniquement par moi, je crois qu’elles te dégoûteront.»

Ainsi, je pris sa main ruisselante de sang et, en l’embrassant, je récitai le Laudate Dominum et le Gloria Patri, en alternant les versets avec Jésus: il commençait et je répondais. C’était afin de réparer pour les nombreuses œuvres mauvaises qui se commettent, avec l’intention de le louer autant de fois qu’il reçoit d’offenses par ces mauvaises œuvres. Comme c’était émouvant de voir Jésus prier ! Je fis la même chose avec l’autre main.

Ensuite, ses pieds avec l’intention de le louer en réparation de tous les mauvais pas faits par les hommes ainsi que tous les chemins tordus foulés par eux, même sous le couvert de la piété et de la sainteté. En dernier, je pris son Cœur avec l’intention de le louer autant de fois que le cœur humain refuse de palpiter pour Dieu, ou ne l’aime pas, ou ne le désire pas.

Unir nos actions à celles de Jésus

10 septembre 1901

Je m’unis à lui et je fais l’offrande de ce que je suis en train de faire. Qu’il ne s’agisse que d’un simple regard ou d’une parole, je le fais en disant:

« Seigneur, toute la gloire que les créatures devraient te donner avec leur bouche et ne te donnent pas, je veux te la donner avec ma bouche, en unissant ma bouche à la tienne, et j’implore pour les créatures la grâce de faire un bon et saint usage de leur bouche.» Pendant que je faisais cela pour tout, Jésus vint et me dit : «Voici la continuation de ma vie qui était pour la gloire du Père et le bien des âmes. Si tu persévères dans cela, tu formeras ma vie et je formerai la tienne, tu seras ma respiration et je serai la tienne. »

Jésus amène Luisa au Ciel

2 octobre 1901

Tout affligé, Jésus me dit: «Ma fille, quelle puanteur transmet la terre, elle qui ne devrait faire qu’un avec le Ciel! Comme, dans le Ciel, on ne fait rien d’autre que de m’aimer, me louer et me rendre grâce, l’écho du Ciel devait absorber l’écho de la terre, les deux échos ne formant qu’un. Mais, la terre est devenue insupportable. Toi, unis-toi avec le Ciel et, au nom de tous, donne-moi satisfaction. »

En un instant, je me suis retrouvée au milieu des anges et des saints. Je ne peux expliquer comment, j’ai perçu ce qu’ils chantaient et disaient. Tout comme eux, je fis ma part au nom de toute la terre. Après cela, tout heureux et en se tournant vers tous, mon doux Jésus dit: « Voici, venant de la terre, une note angélique. Comme je me sens satisfait ! »

Luisa s’offre au Seigneur d’une façon spéciale

3 octobre 1901

Ayant reçu l’Eucharistie, je me demandais comment je pourrais faire une offrande plus spéciale à Jésus, comment lui témoigner mon amour et comment lui plaire davantage. Alors, je lui ai dit : « Mon très bien-aimé Jésus, je t’offre mon cœur pour satisfaire envers toi et pour chanter tes louanges éternelles. Je t’offre tout mon être, même les moindres parcelles de mon corps, comme autant de murailles que j’érige devant toi pour empêcher toute offense d’être commise contre toi. Si c’est possible, je prends sur moi toutes ces offenses pour ton plaisir, jusqu’au jour du jugement. »

« Et comme je veux que mon offrande soit complète et te donne satisfaction pour tous, mon intention est que toutes les souffrances que je vivrai en prenant sur moi les offenses qu’on te fait te procurent toute cette gloire que les saints qui sont dans le Ciel auraient dû te donner quand ils étaient sur la terre, toute cette gloire que devraient te donner les âmes du purgatoire, et toute cette gloire qui te revient provenant de tous les hommes passés, présents et futurs. Cette offrande, je te l’offre pour tous en général et pour chacun en particulier. »

À peine avais-je fini de parler que Jésus béni, tout ému par cette offrande, me dit: «Ma bien-aimée, tu ne peux pas comprendre le grand bonheur que tu m’as donné en t’offrant de cette façon! Tu as pansé toutes mes blessures et m’as donné une satisfaction pour toutes les offenses passées, présentes et futures. Pendant toute l’éternité, je considérerai ton offrande comme une pierre des plus précieuses qui me glorifiera éternellement. Chaque fois que je la regarderai, je te donnerai une nouvelle et plus grande gloire éternelle.

L’âme se dépouille totalement

14 janvier 1902

Ensuite, Jésus se retira dans mon intérieur et je l’ai entendu qui priait ainsi: « Trinité toujours sainte et indivisible, je t’adore profondément, je t’aime intensément, je te rends grâce perpétuellement pour tous et dans les cœurs de tous. » C’est ainsi que je passais mon temps. J’entendais presque toujours Jésus prier à l’intérieur de moi, et moi je priais en union avec lui.

A propos de la justice

27 mars 1902

Ensuite, comme pour me faire une exhortation, il ajouta: « Non seulement tu dois être droite, mais aussi juste. Entre dans la justice pour m’aimer, me louer, me glorifier, me rendre grâce, me bénir, me faire des réparations, m’adorer, non seulement pour toi même, mais pour toutes les autres créatures. Ce sont les redevances de la justice que j’exige de chaque créature et qui me reviennent en tant que Créateur. Celui qui me refuse une seule de ces choses ne peut pas se dire juste. Pense donc à accomplir ton devoir de justice. Dans la justice, tu trouveras le commencement et l’aboutissement de la sainteté.»

Détruire les biens moraux

4 avril 1902

En détruisant les biens moraux, on détruit aussi les biens physiques et temporels

Pour l’apaiser, j’ai fait plusieurs actes de repentir, mais cela ne semblait pas lui plaire du tout. Je m’efforçai de varier les actes de repentir. Qui sait si quelque acte pourrait lui plaire ? À la fin, je lui dis: « Seigneur, je me repens des offenses faites par moi et par toutes les créatures de la terre, je me repens uniquement parce que nous t’avons offensé, toi le Bien suprême. Alors que tu mérites l’amour, nous avons osé t’offenser. » Il m’a semblé que ces dernières paroles plurent au Seigneur et qu’il a amoindri son indignation.

La Croix est sacrement

25 avril 1902

Ne sachant quoi faire, je l’ai serré contre moi et lui ai dit: « Mon Bien-Aimé, il y a déjà quelque temps que tu ne m’as pas fait participer aux douleurs de tes plaies. C’est peut-être pourquoi les choses se sont aggravées. Je te prie de me faire participer à tes souffrances. Ainsi, si je souffre, tes souffrances pourront diminuer. » Pendant que je parlais ainsi, un ange est apparu avec un clou dans la main et il m’a transpercé les mains et les pieds. Au moment où il enfonçait le clou dans mes mains, les doigts de mon cher Jésus se décontractaient et ses plaies se cicatrisaient.

Le Livre Du Ciel, Tome 5

Au Nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit

1903

Seigneur, viens à mon aide. Dompte ma volonté rebelle toujours si récalcitrante face à la sainte obéissance. Remplis-moi de ta sainte et adorable Volonté jusqu’à ce que je déborde, afin que ma volonté soit consumée par La tienne.

J’aurai alors le bonheur de ne plus lutter contre la sainte obéissance. Et toi, sainte obéissance, pardonne-moi si je te fais toujours la guerre. Accorde-moi la force de te suivre paisiblement en tout, même si parfois tu ne me sembles pas très raisonnable.

Outrages à Jésus Offrande et sacrifice de Luisa

20 mai 1903

Voyant les outrages faits à Jésus, Luisa s’offre à souffrir à sa place. Jésus accepte son sacrifice.

« Seigneur j’offre ma vie pour l’Eglise et pour le triomphe de la vérité, je te supplie d’accepter mon sacrifice. »

Action de Jésus dans la créature

15 juin 1903

Si la créature répond à l’action de Jésus en elle, elle saura se servir de ses sens pour le glorifier et ainsi s’associer à son action créatrice; si elle ajoute ses souffrances à cela, elle s’associe à son action rédemptrice; et, si elle s’abandonne encore plus à l’action divine en elle, elle s’associe à son action sanctificatrice.

« Si la personne  se sert de ses sens pour me glorifier, je peux lui dire: « Tu es mes yeux, mes oreilles, ma bouche, mes mains et mes pieds. » Elle est ainsi associée à mon action créatrice. « Si, en plus de me rendre gloire avec ses sens, elle sait offrir pour les autres des souffrances, de la satisfaction et de la réparation, elle s’associe aussi à mon action rédemptrice. Et si elle s’abandonne encore plus à mon action en elle, elle s’associe à mon action sanctificatrice. Ainsi, tout ce que j’ai accompli dans la Création, la Rédemption et la Sanctification, j’en infuse une participation dans l’âme; tout est là si l’âme correspond à mon action en elle.»

Les amertumes et les tribulations offertes à Jésus

16 juin 1903

Les amertumes et les tribulations offertes à Jésus comme un présent se changent pour lui en douceur et en rafraîchissement.

 « Seigneur, donne-moi un peu de cette souffrance afin que tu ne sois pas seul à souffrir. »

[…]

« Ma fille si, quand je donne de l’amertume et des tribulations à une âme, elle s’unit à ma Volonté, elle me plaît.· Si elle me remercie pour ses souffrances, me les offre comme un présent, et cela même si, pour elle, ces souffrances et amertume demeurent, alors elles sont changées pour Moi en douceur et en rafraîchissement. Si, en travaillant et en souffrant, une âme ne cherche qu’à me plaire, sans rechercher aucune compensation, elle me plaît et me rafraîchit encore davantage. Ce qui rend l’âme la plus chère à mon Cœur, la plus belle à mes yeux et la plus intime avec l’Être divin, c’est la persévérance dans cette manière de faire. Elle devient alors immuable de l’immuabilité même de Dieu. »

« Si, au contraire, l’âme dit « oui » à un moment et « non » à un autre; si elle cherche un but particulier cette fois et un autre but la fois suivante; si, aujourd’hui, elle cherche à plaire à Dieu et, demain, à plaire aux créatures, alors l’âme ressemble à une reine un jour et à une vile servante le lendemain, à quelqu’un qui dîne un jour avec une nourriture exquise et le lendemain avec des rebuts. » Puis il disparut.

Peu après, il revint, ajoutant: « Le soleil existe pour le bénéfice de tous, mais tous ne bénéficient pas de ses effets. De même, le soleil divin accorde sa lumière à chacun, mais qui jouit de ses effets bénéfiques? Qui garde ses yeux ouverts à la Lumière de la Vérité? Le plus grand nombre reste dans les ténèbres. Seulement ceux qui ont la ferme intention de me plaire à Moi seul jouissent de la plénitude de ce soleil. »

Le Livre Du Ciel, Tome 6

La croix incarne Dieu dans l’âme et l’âme en Dieu

22 décembre 1903

Cependant, celui qui, me voyant méprisé par les créatures, m’honore, non seulement pour lui, mais pour les autres, fait surgir dans ce vide des honneurs pour moi ; celui qui me voit non aimé et qui m’aime fait surgir dans ce vide de l’amour pour moi; celui qui voit que je comble les créatures de bienfaits alors qu’elles ne sont pas reconnaissantes envers moi, et qui est lui-même reconnaissant envers moi, fait surgir dans ce vide de la gratitude et des remerciements pour moi. Ainsi, il se crée autour de mon trône une atmosphère parfumée qui me plaît et qui provient des âmes qui m’aiment non seulement pour elles-mêmes, mais aussi pour les autres.

Luisa fait une promesse

21 février 1904

Je prierai et intercéderai pour le triomphe de l’Église et pour la confusion et la conversion de ses ennemis.

Jésus et Dieu Le Père parlent sur la miséricorde

16 avril 1904

Jésus me dit en me faisant signe des yeux: « Présente-toi à mon Père et vois ce qu’il te dira. » Toute tremblante, je me suis présentée. Dès qu’il m’a vue, il m’a dit : « Pourquoi es-tu venue à moi? » Je répondis: « Bonté adorable, Miséricorde infinie, en sachant que tu es la miséricorde même, je suis venue pour te demander la miséricorde, la miséricorde pour tes propres images, la miséricorde pour les œuvres que tu as créées, la miséricorde pour tes créatures. »

Dieu le Père me répondit: «Donc, c’est la miséricorde que tu veux. Mais, si tu veux la vraie miséricorde, c’est après que la justice se sera déversée que la miséricorde produira des fruits grands et abondants. » Ne sachant quoi répondre, je dis: «Père infiniment saint, quand les serviteurs et les gens dans le besoin se présentent devant leur maître ou devant des gens riches, si ceux-ci sont bons, même s’ils ne donnent pas tout ce qui est nécessaire, ils donnent toujours quelque chose. Et moi qui ai fait le bon geste de me présenter devant toi, le Maître absolu, la Richesse sans limites, la Bonté infinie, ne vas-tu pas donner à cette pauvresse que je suis quelque chose de ce qu’elle t’a demandé? Le maître n’est-il pas plus honoré et plus content quand il donne plutôt que quand il refuse ce qui est nécessaire à ses serviteurs?»

Après un moment de silence, le Père dit: «Par amour pour toi, je ferai cinq au lieu de dix.»

L’Habit ne fait pas le moine

26 avril 1904

Jésus béni me dit: « Ma bien-aimée, oh ! que je me sens spolié de la gloire que me doivent les créatures et qu’elles me refusent avec impudence, même celles qui se disent dévotes ! » En entendant cela, je dis à l’Enfant Jésus: « Cher Petit de mon cœur, récitons trois Gloria Patri avec l’intention de donner à la Divinité toute la gloire que lui doivent les créatures. Ainsi, tu recevras un peu de réparation. » Jésus dit: « Oui, oui, récitons-les. » Et nous les avons récités ensemble. Ensuite, nous avons récité un Ave Maria avec l’intention de donner à la Reine Mère toute la gloire que lui doivent les créatures.

Oh! comme il était bon de prier avec Jésus béni! Je me sentais tellement bien que je lui dis: «Mon Bien-Aimé, comme je voudrais faire ma profession de foi dans tes mains en récitant avec toi le Credo ! » Jésus répondit: «Tu réciteras le Credo seule parce que c’est à toi de le faire et non pas à moi. Tu le diras au nom de toutes les créatures afin me donner plus de gloire et d’honneur.»

Alors, je plaçai ma main dans celle de Jésus et récitai le Credo. Ensuite, Jésus béni me dit: «Ma fille, il me semble que je me sens soulagé et que les noirs nuages de l’ingratitude humaine, surtout ceux des dévots, se sont éloignés.

L’œil qui se délecte des choses du ciel

1 er mai 1904

L’œil qui se délecte uniquement des choses du Ciel a la vertu de voir Jésus, tandis que l’œil qui se délecte des choses de la terre a la vertu de voir les choses de la terre.

J’étais en train de penser à Notre-Seigneur au moment où il est arrivé au Calvaire, au moment où il a été dévêtu, et au moment où il a été abreuvé de fiel. Je lui disais : « Mon adorable Seigneur, je ne vois sur toi que des vêtements de sang et de plaies ; pour ton goûter et ton plaisir, que du fiel et de l’amertume; pour ton honneur et ta gloire, que de la confusion, des opprobres et la croix. De grâce, après avoir tant souffert, fais que je regarde les choses de la terre comme rien d’autre que des excréments et de la boue, que je ne trouve de plaisir qu’en toi seul, et que mon honneur ne soit rien d’autre que la croix. »

Courage, Fidélité et attention

6 juin 1904

Il faut du courage, de la fidélité et une très grande attention pour suivre ce que la Divinité opère en nous.

Tout n’était que silence et, dans ce silence, je ne faisais rien d’autre que de m’identifier avec Dieu. Tout mon intérieur, mes affections, mes battements de cœur, mes désirs et mes respirations devenaient de profonds actes d’adoration à la Majesté suprême.

Dieu connaît tout

10 août 1904

Dieu connaît le nombre, la valeur et le poids de toutes les choses créées.

En compagnie de mon ange gardien, je visitais des églises en faisant un pèlerinage à Jésus dans le saint sacrement. À l’intérieur d’une des églises, j’ai dit: « Prisonnier d’amour, tu es seul et abandonné et je viens te tenir compagnie. Et pendant que je te tiens compagnie, je veux t’aimer pour ceux qui t’offensent, te louer pour ceux qui te méprisent, te remercier pour ceux en qui tu déverses tes grâces et qui ne te rendent pas le tribut de la reconnaissance, te consoler pour ceux qui t’affligent, réparer pour toute offense à ton égard; en un mot, je veux faire pour toi tout ce que les créatures te doivent parce que tu demeures toujours dans le très saint sacrement. Je veux répéter cela autant de fois qu’il y a de gouttes d’eau et de grains de sable dans la mer. »

Jésus trouve son Ciel

18 novembre 1904

Jésus trouve son Ciel chez les âmes qui donnent une demeure à sa Divinité.

Quel honneur pour la créature que d’offrir un Ciel à son Créateur! Mais, oh ! combien me refusent cela ! Toi, ne voudrais-tu pas être mon Ciel sur la terre ? Dis-moi oui!» Je répondis:

« Seigneur, je ne veux rien d’autre que d’être vue dans ton sang, dans tes plaies, dans ton Humanité, dans tes vertus. C’est seulement là que je veux être vue, afin d’être ton Ciel sur la terre, et je veux être méconnue partout ailleurs. » Il sembla approuver ma proposition et disparut.

Comment on peut être nourriture pour Jésus

17 novembre 1904

Ayant reçu l’Eucharistie, je pensais à la bonté de Notre-Seigneur qui se donne en nourriture à la si pauvre créature que je suis, et je me demandais comment je pourrais répondre à une si grande faveur. Jésus béni me dit:

« Ma fille, tout comme je me fais la nourriture de la créature, celle-ci peut se faire ma nourriture en transformant tout son intérieur en aliment, c’est-à-dire en faisant en sorte que ses pensées, ses affections, ses désirs, ses penchants, ses battements de cœur, ses soupirs, son amour, etc. tendent vers moi. Ainsi, pendant que je communique à l’âme le fruit de ma nourriture – qui est de diviniser l’âme et de la transformer en moi -, je peux me nourrir de l’âme, c’est-à-dire de ses pensées, de son amour et de tout le reste. Et l’âme peut me dire : « Comme tu es arrivé à te faire ma nourriture et à tout me donner, moi aussi, je me suis fait ta nourriture. Il ne me reste rien d’autre à te donner parce que tout ce que je suis t’appartient. »

La Divinité de Jésus

29 novembre 1904

La Divinité de Jésus incarnée dans son Humanité est descendue dans l’abîme de toutes les humiliations humaines et elle a sanctifié et divinisé tous les actes humains.

Ce matin, j’ai offert tous les actes de l’Humanité de Notre-Seigneur en réparation pour tous nos actes humains faits dans l’indifférence, sans un but surnaturel, ou dans le péché, afin d’obtenir que toutes les créatures agissent en union avec Jésus béni et pour que soit comblé son vide de gloire, cette gloire que les créatures auraient dû rendre à Dieu. Pendant que je faisais cela, mon adorable Jésus me dit : « Ma fille, ma Divinité incarnée dans mon Humanité est descendue dans l’abîme de toutes les humiliations humaines, de sorte qu’il n’y a aucun acte humain, aussi modeste qu’il soit, que je n’ai pas sanctifié et divinisé. Et cela, pour restituer à l’homme une double souveraineté, celle qu’il a perdue dans la Création, et celle que je lui ai acquise par la Rédemption. «Mais l’homme ingrat et ennemi de lui-même aime à être un esclave plutôt qu’un souverain. Alors qu’il pourrait aisément, en unissant ses actions aux miennes, rendre ses actions méritoires d’un mérite divin, il les gaspille en perdant son statut de souverain. »

Les prières les plus puissantes sur le Cœur de mon Fils sont celles faites en se revêtant de ce que Jésus fit et souffrit. 

Le Livre Du Ciel, Tome 7

Jésus donne tout de lui-même

10 juillet 1906

Jésus donne tout de lui-même à celui qui se donne tout à lui.

Jésus vint brièvement et me dit: « Ma fille, celui qui se donne tout à moi mérite que je me donne tout à lui. Je suis tout à sa disposition. » Cependant, moi, je ne lui avais rien demandé; je lui avais seulement dit: « Mon très Cher, je ne veux rien sinon toi seul; tu es assez pour moi car, quand je t’ai, j’ai tout. » Jésus ajouta: ·«Tu as très bien su demander: puisque tu ne désires rien, tu as tout.»

Parce qu’IL était DIEU

6 novembre 1906

Parce qu’il était Dieu, Jésus n’avait ni la foi ni l’espérance, mais uniquement l’Amour. L’Âme qui vit dans la Divine Volonté y trouve l’objet de sa foi et de son espérance, ce qui lui fait presque perdre ces deux vertus.

« Mon Seigneur, j’aimerais être comme toi, tout amour et rien d’autre. »

Alors Jésus poursuivit: « Cela est exactement mon but pour toi. C’est pour cette raison que je te parle fréquemment de la soumission totale. En vivant dans ma Volonté, l’âme acquiert l’amour le plus parfait; elle réussit à m’aimer avec mon propre Amour; elle devient tout amour; elle est en contact continuel avec moi. En moi, avec moi et par moi, elle fait tout ce que je veux; elle ne désire rien d’autre que ma Volonté dans laquelle se trouve l’Amour total de l’Éternel et où elle se trouve elle aussi.

Vivre dans la Divine Volonté

20 janvier 1907

Vivre dans la Divine Volonté conduit à la plus grande sainteté à laquelle une créature puisse aspirer.

« Je ne veux aspirer à rien d’autre que d’aimer Jésus et d’accomplir parfaitement sa Volonté. »

Pendant que j’étais plongée dans cette réflexion, mon Jésus béni vint et me dit: « Moi, je t’aime dans ma Volonté. Ne sais-tu pas que si le grain de blé n’est pas enterré et ne meurt pas complètement, il ne peut produire une nouvelle vie et se multiplier? Pareillement, si l’âme n’est pas ensevelie dans ma Volonté, c’est-à-dire si elle ne meurt pas complètement à elle-même en insérant sa volonté dans la mienne, elle ne peut produire une nouvelle vie toute divine avec la reproduction de toutes les vertus du Christ, lesquelles constituent la vraie sainteté.

« Ma Volonté devrait être le sceau marquant tout ton extérieur et tout ton intérieur. Et quand tout en toi aura été renouvelé, alors tu trouveras le vrai Amour. C’est là que se trouve la meilleure de toutes les saintetés à laquelle une créature puisse aspirer. »

Désir continuel d’aimer Jésus

21 janvier 1907

Quiconque a le désir continuel d’aimer Jésus ne peut jamais être une épine qui le blesse. Plutôt, Jésus est toujours pour cette personne un soutien, la consolant, la caressant et la stimulant paisiblement.

« Seigneur, laisse-moi être tout à toi et que je ne sois jamais séparée de toi. Ne permets pas que je sois une épine qui te rende amer, t’ennuie ou te dérange. Cependant, fais que je sois pour toi un stimulant pour te soutenir quand tu es las et oppressé, pour te consoler quand tu es affligé, et pour te réjouir quand tu es dégoûté par des créatures. »

Pendant que je disais cela, mon Jésus béni vint et me dit: «Ma fille, celui qui a le désir continuel de m’aimer est toujours avec moi et ne peut jamais être une épine qui me blesse. Plutôt, il est un stimulant qui me soutient, me console, me caresse et m’apaise, car l’Amour vrai a le pouvoir de rendre heureuse la personne aimée. Celui qui m’aime toujours ne peut me déplaire ou me dégoûter parce que l’Amour absorbe toute sa personne. Il pourrait faire des petites choses qui me déplairaient et qu’il ne remarquerait pas, mais; l’Amour a la vertu de purifier cela, de telle manière que je puisse toujours trouver mes délices en cette personne.»

Demande de Luisa pour sa mère

13 mars 1907

Luisa demande à Jésus que sa mère aille directement au Paradis après sa mort, sans passer par le purgatoire. Elle s’offre à souffrir à sa place toutes les souffrances ou pénitences qui lui sont dues.

Je demandais et demandais, lui offrant minute après minute, heure après heure, tout ce qu’il a souffert dans sa Passion. J’appliquais ses souffrances à l’âme de ma maman pour qu’elle soit purifiée et embellie. De cette manière, j’espérais qu’elle obtienne ce que j’avais demandé.

Séchant mes larmes, Jésus ajouta: « Ma bien-aimée, ne pleure pas; je t’aime tant! Pourrais-je ne pas te plaire? Avec cette offrande continuelle de ma Passion, je n’ai rien laissé échapper de tout ce que j’ai souffert au bénéfice de ta maman. Son âme est restée immergée dans une immense mer et cette mer la lave, l’embellit, l’enrichit et J’inonde de lumière. Pour t’assurer que je te plairai, quand elle mourra, tu seras surprise par un feu par lequel tu te sentiras brûler.»

Le Livre Du Ciel, Tome 8

L’amour entre le Créateur et ses créatures

21 novembre 1907

Je m’unissais à Notre Seigneur en fondant mes pensées, mes battements de cœur, mes respirations et tous mes mouvements avec les siens, avec l’intention d’aller vers toutes les créatures pour leur communiquer tout cela. De plus, comme j’étais unie à Jésus dans le Jardin des Oliviers, je donnais à chaque créature, ainsi qu’aux âmes du purgatoire, les gouttes de son Sang, ses prières, ses souffrances et tout le bien qu’il faisait, de telle sorte que tous leurs mouvements, battements de cœur et respirations soient réparés, purifiés et divinisés. De plus, je distribuais ses souffrances comme remède pour tous.

Pendant que je faisais ainsi, Jésus béni me dit en mon intérieur: « Ma fille, par ces intentions, tu me blesses continuellement et, puisque tu le fais souvent, une flèche n’attend pas l’autre, causant toujours en moi de nouvelles blessures. »[…]

Il reprit: « L’âme qui est en pèlerinage ne peut comprendre tous les bienfaits et l’amour qui circulent entre le Créateur et les créatures; elle ne peut pas comprendre que ses actions, ses paroles et ses souffrances font partie de ma Vie, et que seulement en agissant comme toi, elle peut faire du bien à tous.

« Je te dis seulement que tes pensées, tes battements de cœur, tes mouvements, tes membres et tes souffrances sont autant de lumières qui proviennent de toi et, quand elles m’atteignent, je les répands pour le bien de chacun pendant que je te retourne trois fois autant de lumières et de grâces. De plus, au Paradis, je te donnerai de la gloire pour chacun.

Manière d’être avec Jésus

9 février 1908

Nécessité de l’amour.

Après la communion, je disais: « Seigneur, tiens-moi toujours serrée sur toi parce que je suis trop petite et que, étant si petite, je pourrais me perdre. »

Il me répondit: « Je veux t’enseigner la manière d’être avec moi.

Premièrement, tu dois entrer en moi, te transformer en moi et prendre pour toi ce que tu trouves en moi.

Deuxièmement, quand tu te seras remplie de moi complètement, sors à l’extérieur et opère en coopération avec moi comme si toi et moi ne faisions qu’un, de telle manière que si je bouge, tu bouges aussi, et si je pense, tu penses à la même chose que moi. En d’autres mots, tout ce que je fais, tu le fais toi aussi.

Troisièmement, avec ces actes que nous avons faits ensemble, retire-toi pendant un instant, rends-toi au milieu des créatures et donne à tous et à chacun toutes les choses que nous avons faites ensemble: donne ma Vie divine à chacun. Immédiatement après, reviens en moi pour me donner au nom de tous toute la gloire qu’ils doivent me donner. Prie, excuse les, répare, aime, oh oui, aime-moi pour tous, rassasie-moi d’amour!

Le Livre Du Ciel, Tome 9

Renoncement

4 octobre 1909

On doit renoncer à ses propres pensées pour faire ce que Jésus veut.

J’essayais de me serrer contre Jésus en lui disant: « Vois, ma Vie, mon Bien, je viens me tenir ici au nom de tous. Vois-tu toutes ces vagues de blasphèmes? Je me tiens ici pour te répéter que je te bénis au nom de tous. Combien de vagues d’amertume, de haine, de mépris, d’ingratitude et de manque d’amour! Je veux te consoler au nom de tous, t’aimer au nom de tous, te remercier, t’adorer et t’honorer au nom de tous. Cependant, mes réparations sont froides, misérables et limitées, alors que toi, l’offensé, tu es infini. Par conséquent, je veux rendre infinis mon amour et mes réparations et, dans le but de les rendre infinis, immenses, sans fin, je m’unis à toi, à ta Divinité, de même qu’au Père et au Saint-Esprit, et je te bénis avec vos propres bénédictions, je t’aime avec votre propre amour, je te console avec vos propres douceurs, je t’honore et t’adore comme vous le faites entre vous, les divines Personnes.»

Communion

10 avril 1910

La préparation et l’action de grâce pour la communion.

Il prépare lui-même ma pauvre âme. Il me donne ses propres choses, ses mérites, ses vêtements, ses oeuvres, ses désirs, en somme tout lui-même; s’il le faut, il me donne aussi ce qu’ont fait les saints, car tout est à lui; s’il le faut, il me donne même ce qu’a fait sa Très Sainte Mère. Alors, moi aussi je dis à tous: « Jésus, fais-toi honneur en venant en moi. Maman, ma Reine, tous les saints et tous les anges, je suis tellement pauvre que tout ce vous avez, mettez-le dans mon coeur, non pour moi, mais pour Jésus. » Et je sens que tout le Ciel coopère à me préparer.

Et après que Jésus est descendu en moi, j’ai le sentiment qu’il est tout à fait satisfait, se voyant honoré par ses propres choses. Parfois, il me dit: « Bravo, bravo, ma fille, comme je suis content, comme je me plais ici! Partout où je regarde, je trouve des choses dignes de moi. Tout ce qui est à moi est à toi; combien de belles choses tu m’as fait trouver en toi. »[…]

Il me semble que je me prépare en Jésus lui-même et que je le remercie à l’aide de lui-même.

Le Livre Du Ciel, Tome 11

Comment prier dans la Divine Volonté comme Jésus

3 mai 1926

Il me dit: « Ma fille, prie, mais prie comme moi, c’est-à-dire, immerge-toi tout entière dans ma Volonté: en elle, tu trouveras Dieu et toutes les créatures. T’appropriant toutes les choses des créatures, tu les présentes à Dieu, puisque tout lui appartient. Ensuite, tu déposes à ses pieds toutes leurs bonnes actions pour rendre gloire à Dieu, et leurs mauvaises actions en réparant pour elles par la sainteté, la puissance et l’immensité de la Divine Volonté à qui rien n’échappe. C’est ainsi que faisait mon Humanité sur la terre. Aussi sainte qu’elle était, elle avait besoin de la Divine Volonté pour donner complète satisfaction au Père pour le rachat des générations humaines. « En fait, c’était seulement dans la Divine Volonté que je pouvais rejoindre toutes les générations passées, présentes et futures, ainsi que tous leurs actes, leurs pensées, leurs paroles, etc. Ne laissant rien m’échapper, je prenais toutes les pensées des créatures dans mon esprit, je me présentais devant la Majesté suprême et je réparais pour toutes. Dans mes regards je prenais les regards de toutes les créatures, dans ma voix leurs paroles, dans mes mouvements leurs mouvements, dans mes mains leurs travaux, dans mon Coeur leurs affections et leurs désirs, dans mes pieds leurs pas, je les faisais miens et, par la Divine Volonté, mon Humanité satisfaisait au Père et sauvait les pauvres créatures. «Le divin Père était satisfait. En fait, il ne pouvait me rejeter puisqu’il était lui-même la Divine Volonté. Aurait-il pu se rejeter lui-même? Certainement pas. D’autant plus que, dans ces actes, il trouvait une sainteté parfaite, une beauté inaccessible et ravissante, l’amour le plus haut, des actes immenses et éternels, et la puissance absolue. Ce fut là toute la vie de mon Humanité sur la terre, du premier instant de ma conception à mon dernier soupir, et cela s’est continué dans le Ciel et dans le très saint Sacrement. « Cela dit, pourquoi ne pourrais-tu pas en faire autant? Pour celui qui m’aime, tout est possible. Unie à moi, dans ma Volonté, prends les pensées de toutes les créatures dans les tiennes et présente-les à la divine Majesté; dans tes regards, tes paroles, tes mouvements, tes affections et tes désirs, prends ceux de tes frères dans le but de réparer et d’intercéder pour eux. Dans ma Volonté, tu te trouveras en moi et en tous, tu vivras ma vie et tu prieras avec moi. Le divin Père sera heureux et le Ciel tout entier dira: « Qui nous appelle de la terre? Quelle est cette créature qui veut compresser en elle la Divine Volonté en nous incluant tous? » Que de biens la terre peut obtenir en faisant descendre le Ciel sur la terre! »

Comment prier dans la Divine Volonté comme Jésus

3 mai 1926

Il me dit: « Ma fille, prie, mais prie comme moi, c’est-à-dire, immerge-toi tout entière dans ma Volonté: en elle, tu trouveras Dieu et toutes les créatures. T’appropriant toutes les choses des créatures, tu les présentes à Dieu, puisque tout lui appartient. Ensuite, tu déposes à ses pieds toutes leurs bonnes actions pour rendre gloire à Dieu, et leurs mauvaises actions en réparant pour elles par la sainteté, la puissance et l’immensité de la Divine Volonté à qui rien n’échappe. C’est ainsi que faisait mon Humanité sur la terre. Aussi sainte qu’elle était, elle avait besoin de la Divine Volonté pour donner complète satisfaction au Père pour le rachat des générations humaines. « En fait, c’était seulement dans la Divine Volonté que je pouvais rejoindre toutes les générations passées, présentes et futures, ainsi que tous leurs actes, leurs pensées, leurs paroles, etc. Ne laissant rien m’échapper, je prenais toutes les pensées des créatures dans mon esprit, je me présentais devant la Majesté suprême et je réparais pour toutes. Dans mes regards je prenais les regards de toutes les créatures, dans ma voix leurs paroles, dans mes mouvements leurs mouvements, dans mes mains leurs travaux, dans mon Coeur leurs affections et leurs désirs, dans mes pieds leurs pas, je les faisais miens et, par la Divine Volonté, mon Humanité satisfaisait au Père et sauvait les pauvres créatures. «Le divin Père était satisfait. En fait, il ne pouvait me rejeter puisqu’il était lui-même la Divine Volonté. Aurait-il pu se rejeter lui-même? Certainement pas. D’autant plus que, dans ces actes, il trouvait une sainteté parfaite, une beauté inaccessible et ravissante, l’amour le plus haut, des actes immenses et éternels, et la puissance absolue. Ce fut là toute la vie de mon Humanité sur la terre, du premier instant de ma conception à mon dernier soupir, et cela s’est continué dans le Ciel et dans le très saint Sacrement. « Cela dit, pourquoi ne pourrais-tu pas en faire autant? Pour celui qui m’aime, tout est possible. Unie à moi, dans ma Volonté, prends les pensées de toutes les créatures dans les tiennes et présente-les à la divine Majesté; dans tes regards, tes paroles, tes mouvements, tes affections et tes désirs, prends ceux de tes frères dans le but de réparer et d’intercéder pour eux. Dans ma Volonté, tu te trouveras en moi et en tous, tu vivras ma vie et tu prieras avec moi. Le divin Père sera heureux et le Ciel tout entier dira: « Qui nous appelle de la terre? Quelle est cette créature qui veut compresser en elle la Divine Volonté en nous incluant tous? » Que de biens la terre peut obtenir en faisant descendre le Ciel sur la terre! »

Marie suggère une manière de prier dans la Divine Volonté

15 juin 1916

« Ma Maman, prions ensemble car, seule, je ne sais pas prier. Elle poursuivit: « Les prières les plus puissantes sur le Cœur de mon Fils sont celles faites en se revêtant de ce que Jésus fit et souffrit. Par conséquent, ma fille, entoure ta tête des épines de Jésus, décore tes yeux de ses larmes, imprègne ta langue de son amertume, habille ton âme de son sang, orne-toi de ses plaies, perce tes mains et tes pieds de ses clous, et, comme un autre Christ, présente-toi devant la divine Majesté. Cette vue l’émouvra au point qu’elle ne pourra rien te refuser. Mais, hélas, combien peu les créatures savent se servir des cadeaux de mon Fils. C’est ainsi que je priais sur la terre et que je continue de le faire dans le Ciel. »

Le Livre Du Ciel, Tome 12

La portée des prières faites dans la Divine Volonté

14 mars 1919

Luisa prend part aux souffrances que l’Humanité de Jésus reçut de sa Divinité.

Pendant que j’étais dans mon état habituel, je me suis retrouvée hors de mon corps et j’ai vu un ancien confesseur décédé. La pensée suivante traversa mon esprit: « À propos de cette chose que tu n’as pas dite au confesseur, demande-lui si oui ou non tu es obligée de la dire et de l’écrire. » Je lui ai donc posé la question. Il me répondit: « Certainement, tu es obligée! »

Après, il ajouta: « Une fois, tu as fait une belle intercession pour moi. Si tu savais le bien que tu m’ as fait, le rafraîchissement que j’ai ressenti et les années que tu m’as enlevées! » Je lui dis: « Je ne me souviens pas. Rappelle-moi ce que c’était pour que je le refasse. » Il dit: « Tu t’es plongée dans la Divine Volonté et tu as pris sa puissance, l’immensité de son Amour, la valeur immense des souffrances du Fils de Dieu et toutes les qualités divines, et tu les as versés sur moi. Je fus alors plongé dans le bain d’Amour de l’Être Suprême, dans le bain de sa beauté, dans le bain du Sang de Jésus et dans le bain de toutes les qualités divines. Qui pourrait dire le bien qui s’ensuivit pour moi? Refais-le pour moi, refais-le pour moi! »

La Gloire de DIEU

Mai 1919

Dans l’ère de la vie dans la Divine Volonté, les créatures procureront la gloire de Dieu au nom de toute la Création.

« Et à toi que j’appelle à vivre dans ma Volonté, je suggère la prière suivante: « Jésus, je dépose à tes pieds l’adoration et la sujétion de toute la famille humaine; je dépose dans ton Cœur les « je t’aime » de tous; je dépose sur tes lèvres mon baiser pour y sceller les baisers de toutes les créatures de toutes les générations; je te serre dans mes bras pour que tu sois serré par les bras de toutes les créatures de toutes les générations. Je veux que te parvienne la gloire de tous les travaux de toutes les créatures. » A la suite de cette prière, je ressentirai en toi l’adoration, les « je t’aime », les baisers, etc. de toute la famille humaine. Comment alors ne pas te donner l’amour, les baisers et les grâces prévus pour les autres!

Chaque chose créée manifeste l’Amour de Dieu pour les créatures

9 janvier 1920

Je priais et, par la pensée, je me fondais dans la Volonté éternelle. M’étant placée devant la Majesté Suprême, je lui disais: « Éternelle Majesté, je viens à tes pieds au nom de toute la famille humaine, du premier homme jusqu’au dernier, pour t’adorer profondément. À tes pieds très saints, je dépose l’adoration de tous. Au nom de tous, je te reconnais comme le Créateur et le Souverain de tous. Je t’aime pour tous. Au nom de tous, je te retourne l’amour que tu nous manifestes à travers les choses créées, en lesquelles tu as mis tant d’amour que les créatures ne pourront jamais te retourner tout cet amour. Néanmoins, dans ta Volonté, où tout est immense et éternel, je trouve cet amour et je te le redonne au nom de tous. Je veux t’aimer pour chaque étoile que tu as créée, pour chaque rayon de lumière et chaque intensité de chaleur que tu as placés dans le soleil, etc. » Il serait trop long de rapporter ici tout ce que j’ai dit et, par conséquent, je m’arrête.

Une pensée me vint ensuite à l’esprit: « Comment, dans chaque chose créée, Notre-Seigneur a-t-il pu placer de telles rivières d’amour à l’adresse des créatures? » Une réponse me vint dans une lumière intérieure:

« C’est vrai, ma fille, que mon Amour pour les créatures s’est répandu à torrents dans toutes les choses créées. Je te 1′ ai déjà dit et je te le répète: quand mon Amour créa le soleil, il y plaça des océans d’Amour; par chacun de ses rayons qui inondent les yeux, les pieds, les mains, la bouche, etc. de la créature, j’offre à celle-ci mon baiser éternel débordant d’Amour. En plus de sa lumière, le soleil prodigue sa chaleur. Impatient de recevoir l’amour des créatures, je leur dis par cette chaleur un intense « je t’aime ». Et quand, avec sa lumière et sa chaleur, le soleil féconde les plantes, c’est mon Amour qui fait ses courses pour nourrir l’homme. Le firmament déployé au-dessus de vos têtes vous rappelle continuellement mon Amour. Chacun des clignotements d’étoiles qui, pendant la nuit, réjouissent l’oeil de l’homme, lui dit de ma part: « Je t’aime. »

« Ainsi, chaque chose créée manifeste mon Amour à l’homme. S’il n’en était pas ainsi, la Création n’aurait aucun but, ce qui serait une absurdité puisque je ne fais jamais rien sans but. Tout a été fait pour l’homme. Hélas! il ne le reconnaît pas et il est devenu une source de chagrin pour moi!

« Ma fille, si tu veux adoucir ma souffrance, viens souvent dans ma Volonté et prodigue-moi de l’adoration, de l’amour, de la gratitude et des remerciements au nom de toute la Création. »

Action de Grâce

18 Décembre 1920

Action de grâces rendue à Jésus pour tout ce qu’il a fait en la Très Sainte Vierge.

Je lui ai dit: « Mon doux Jésus, pendant que je suis tout près de toi, je veux te manifester mon amour, ma gratitude et te rendre tout ce que les créatures te doivent pour avoir créé notre Reine Maman Immaculée, la plus belle, la plus sainte, l’ayant enrichie de tous les dons et ayant fait d’elle notre Mère. Je te fais cette prière d’action de grâces au nom de toutes les créatures passées, présentes et futures. Je veux m’emparer de chaque action, chaque parole, chaque pensée, chaque battement de cœur et chaque pas des créatures et, par chacun, te dire au nom de tous que je t’aime, te remercie, te bénis et t’adore pour tout ce que tu as fait en ta céleste Maman et la nôtre. »

Jésus se montra très content de ma prière. Il me dit: « Ma fille, j’attendais avec impatience cette prière au nom de toutes les générations. Ma justice et mon Amour ressentaient le besoin de ce retour, parce que les grâces qui descendent sur tous par ma chère Maman sont très grandes. Et on ne m’ a jamais donné une parole, un merci à ce sujet. »

La Mère Céleste confirme Luisa

25 décembre 1920

La Mère céleste confirme Luisa dans tout son être. La situation de Jésus nouveau-né dans la grotte de Bethléem était moins sévère que sa situation dans l’Eucharistie.

Plus tard, mon doux Jésus revint. Il était un tendre petit bébé pleurant et grelottant de froid. Il se jeta dans mes bras pour être réchauffé. Je l’ai serré sur moi et je me suis fondue dans sa Volonté afin de prendre les pensées de tous, de les ajouter aux miennes et d’en entourer Jésus grelottant. Je lui présentai aussi les adorations de toutes les intelligences créées. Ensuite, je me suis emparé des regards de tous et je les ai dirigés vers Jésus pour le distraire de ses pleurs; je m’emparai également des bouches, des paroles et des voix de toutes les créatures, afin que toutes le baisent pour qu’il ne pleure plus et qu’il soit réchauffé par leur haleine.»

L’enfant Jésus cessa de pleurer puis, comme s’il se sentait réchauffé, il me dit: « Ma fille, as-tu compris ce qui me faisait trembler de froid et pleurer? C’était l’abandon des créatures. Tu les as toutes placées autour de moi et j’ai senti que toutes me regardaient et m’embrassaient. C’est ainsi que j’ai cessé de pleurer.

Les trois Fiats ont la même valeur et la même puissance

2 février 1921

« Les trois Fiats ont la même valeur et la même puissance. Tu dois disparaître et ce sont les Fiats qui agiront. Par conséquent, tu peux dire dans mon Fiat tout-puissant: « Je veux créer autant d’amour, d’adoration et de bénédictions et procurer autant de gloire à mon Dieu qu’il faut pour compenser pour toutes les créatures et toutes les choses. » Tes actes rempliront le Ciel et la terre, se multiplieront en parallèle avec les actes de la Création et celles de la Rédemption. Tous ne feront qu’un. »

Le Livre Du Ciel, Tome 13

Quand la volonté humaine reflète la Volonté Divine

8 novembre 1921

Quand la volonté humaine reflète la Volonté Divine et devient lumière, Jésus lui-même la porte afin de la laisser circuler au Ciel et sur la terre. Vivre dans la Divine Volonté, c’est multiplier la Vie de Jésus et lui donner une gloire divine pour tout.

J’ai dit à mon Jésus: « Ma Vie, j’entre dans ta Volonté afin d’être capable de rejoindre tout le monde et toute chose, de la première à la dernière pensée, du premier au dernier mot, de la première à la dernière action, le pas qui a été engagé et celui qui le sera. Je veux tout sceller avec ta Volonté afin que, de tout, tu puisses recevoir la gloire de ta sainteté, de ton amour, de ton pouvoir, et que tout ce qui est humain reste couvert, caché et estampillé par ta Volonté pour que rien d’humain qui ne te rend pas gloire ne subsiste. »

Pendant que je disais cela, mon doux Jésus vint. Il jubilait et était accompagné d’un grand nombre de saints. Il me dit: «Toute la Création me dit: « Gloire, gloire! »» Et tous les saints ont répondu: «Vois, ô Seigneur, comme nous te rendons gloire divine en toute chose.» Il eut un écho qui vint de toutes les directions, répétant: «En toute chose, nous te rendons amour et gloire divine.» Jésus ajouta: «Bénis êtes-vous! Toutes les générations vous diront bienheureux! Mon bras accomplira des oeuvres puissantes en vous. Vous serez la réverbération divine. Remplissant la terre entière, vous obtiendrez pour moi, de toutes les générations, la gloire qu’elles m’ont refusée.»

La paix véritable

23 décembre 1921

C’est seulement en vivant dans la Divine Volonté que l’âme donne à celle-ci la possibilité d’agir librement en elle. Le bien que Jésus a accompli en dormant. La paix véritable.

Alors que j’étais sur le point de fermer les yeux pour dormir, je me disais: « Jésus, que même mon sommeil soit dans ta Volonté, que ma respiration soit transformée en la tienne, si bien que ce que tu faisais lorsque tu dormais, je le fasse moi aussi. Mais, est-ce que mon Jésus dormait vraiment? »

Jésus me revint et ajouta: « Ma fille, mon sommeil était très bref, mais je dormais. Et je ne dormais pas pour moi-même, mais pour les créatures. Étant la Tête du Corps Mystique, je représentais toute la famille humaine et j’étendais mon Humanité sur tous pour leur donner le repos. Je voyais toutes les créatures couvertes d’un manteau d’inquiétudes, de conflits et d’agitations. Je voyais celles qui tombaient dans le péché et celles qui étaient tristes; celles qui étaient dominées par la tyrannie de leurs passions et qui en restaient bouleversées; celles qui voulaient faire le bien et qui luttaient pour l’accomplir. En un mot, il n’y avait aucune paix parce que la paix véritable est obtenue seulement lorsque la volonté de la créature retourne à sa source: la Volonté de son Créateur.

« En dehors de son centre, de son origine, la créature ne connaît aucune paix. Pendant mon sommeil, mon Humanité s’étendait sur tous, les enveloppant comme d’un manteau, à la manière d’une poule gardant ses poussins sous ses ailes maternelles pour les faire dormir. Ainsi, m’étendant sur tous, je donnais à certains le pardon pour leurs péchés, à d’autres la victoire sur leurs passions et à d’autres la force dans les conflits. À tous, je donnais la paix et le repos. Afin de leur prêter courage et de les libérer de la peur, je faisais cela en dormant. Qui peut craindre une personne qui dort?

« Le monde n’a pas changé. En effet, plus que jamais il est dans un état de conflits. Voilà pourquoi je désire qu’il se repose dans ma Volonté afin qu’il puisse bénéficier des effets du sommeil de mon Humanité. »

Corps Mystique

11 janvier 1922

Les âmes qui vivent dans la Divine Volonté sont dans le Corps Mystique comme la peau, apportant à tous les membres la vie qui circule dans les capillaires et qui donne à chacun une parfaite croissance dans sa forme et sa beauté.

Complètement abandonnée dans la Volonté de Jésus, je priais. Presque sans réfléchir, je lui dis: « Mon Amour, unie à tout ce que tu es, je place tout dans ta Volonté: mes petites souffrances, mes prières, les battements de mon cœur, tout ce que je suis et tout ce que je peux accomplir afin d’accorder la croissance voulue aux membres du Corps Mystique. »

M’entendant, Jésus m’apparut de nouveau, et, souriant de plaisir, ajouta: « Comme il est beau de voir mes vérités dans ton cœur comme dans une fontaine de vie qui, immédiatement, connaissent le développement et l’effet pour lesquelles elles ont été communiquées! Continue d’y correspondre et je serai honoré; dès que je vois qu’une vérité s’est développée, j’en fais monter une autre. »

La Très Sainte Trinité

14 janvier 1922

La Très Sainte Trinité, vie inaccessible et feu dévorant, fait descendre ses rayons sur tous. Avec Jésus, Luisa présente à la Trinité les hommages de tous.

« Les rayons sont les vertus divines. Certaines de ces vertus sont moins adaptées à l’esprit humain; c’est pourquoi il est possible de les voir et d’en tirer du plaisir, mais non de raconter quoi que ce soit à leur sujet. Quant aux autres, qui sont plus adaptées à l’esprit humain, on peut en parler, mais en balbutiant, car personne ne peut en parler d’une façon juste et digne. Ces vertus sont l’amour, la miséricorde, la bonté, la beauté, la justice et la connaissance. Avec moi et au nom de tous, rends hommage à la Trinité pour la remercier, la louer et la bénir de tant de bonté envers toutes ses créatures. »

Jésus choisit parmi les plus misérables

20 Janvier 1922

Jésus choisit parmi les plus misérables ceux qui doivent vivre dans sa Volonté. Pour bien s’y embarquer, l’âme doit oublier ses haillons et les brûler.

Je désire que tout de toi soit un acte continuel dans ma Volonté. Je veux que tes pensées suivent leurs cours dans ma Volonté- laquelle se balade au-dessus de toutes les intelligences humaines pour étendre son manteau sur tous les esprits créés – et que, s’élevant jusqu’au trône de l’Éternel, elles puissent offrir à Dieu toutes les pensées humaines marquées de l’honneur et de la gloire de ma Volonté.

« Étends le manteau de ma Volonté sur tous les yeux humains, sur toutes leurs paroles, plaçant tes propres yeux et tes propres paroles sur les leurs, les scellant dans ma Volonté pour qu’ils s’élèvent devant la Majesté suprême et lui rendent hommage, comme si tous avaient utilisé leurs yeux et leurs paroles dans ma Volonté. »

Le Livre Du Ciel, Tome 14

Conséquences merveilleuses

6 avril 1922

Conséquences merveilleuses des actes réalisés dans la Divine Volonté.

J’essayai de fusionner avec la sainte Volonté de mon Dieu et je lui dis: « Mon Amour, dans ta Volonté, ce qui est à toi est à moi; Je soleil est à moi, toutes les choses créées sont miennes. Je te les donne. Que chaque parcelle de lumière et de chaleur du soleil te dise que je t’aime, que je t’adore, que je te bénis, que je te prie pour tous. Les étoiles m’appartiennent et, dans chacun de leurs scintillements, je scelle mon « je t’aime » infini et immense pour tous. Les plantes, les fleurs, l’eau, le feu, l’air sont à moi et je te les donne pour qu’ils puissent te dire au nom de tous: « Je t’aime du même amour éternel avec lequel tu nous as créés! » Oh! si j’essayais d’exprimer tout mon amour pour toi, ce serait beaucoup trop long! » Par la suite, s’avançant en moi, Jésus me dit: « Ma fille, comme ils sont beaux les actes et les prières réalisés dans ma Volonté! Combien la créature est alors transformée en son Créateur et lui donne un retour pour tout ce qu’il a fait pour les hommes! J’ai tout créé pour l’homme et je lui ai tout offert. La créature qui vit dans ma Volonté s’élève vers son Créateur et le trouve dans l’acte de créer toutes les choses comme autant de cadeaux à l’humanité. Vaincue par la multiplicité de tant de cadeaux, et ne possédant pas en elle même le pouvoir de créer toutes ces choses qu’elle a reçues, elle les offre à Dieu dans un acte de réciprocité d’amour.

Effets de la prière faite dans la Divine Volonté

21 Avril 1922

« Viens avec moi dans ma Volonté, élevons-nous entre le Ciel et la terre et adorons ensemble la Majesté Suprême. Bénissons-la et rendons-lui hommage pour tout, de telle sorte que le Ciel et la terre soient remplis d’actes d’adoration, d’hommage et de bénédiction, et que toute chose en reçoive les effets bénéfiques. »

J’ai ainsi passé le matin à prier avec Jésus dans sa Volonté. Mais, oh! quelle surprise! la Divine Volonté diffusait nos prières sur toutes les choses créées; nos prières laissaient leur empreinte sur chacune d’elles. Nos prières atteignaient également le Royaume des Cieux, où tous les bienheureux recevaient leur empreinte de même qu’une nouvelle félicité. Ces empreintes descendaient même au Purgatoire et tous recevaient ses effets bénéfiques. Qui peut dire ce qu’est prier avec Jésus et les effets qui s’ensuivent?

Ensuite, après que nous ayons prié ensemble, Jésus me dit: « Ma fille, as-tu vu ce que signifie prier dans ma Volonté? Étant donné qu’il n’y a aucun point où ne soit ma Volonté, la prière circule sur tous et sur toutes choses. Elle est vie. Elle est l’actrice et la spectatrice pour tout. De même, les actes accomplis dans ma Volonté deviennent vie; ils sont les acteurs et les spectateurs pour tout, même pour la joie et la félicité des saints. Partout ils apportent la lumière, l’air parfumé et céleste irradiant la joie et le bonheur. Par conséquent, ne quitte jamais ma Volonté. Le Ciel et la terre sont dans l’attente de recevoir de nouvelles joies et de nouvelles splendeurs. »

Jésus veut trouver son repos dans l’âme

9 Juin 1922

Il souffla sur mon intelligence et, par des traits de lumière, elle devint reliée à tous les esprits émergés des mains du Créateur. Chaque trait disait: « Gloire, adoration, honneur, amour, reconnaissance à notre Dieu trois fois saint. » Puis Jésus me dit: « Ah! oui! maintenant je puis trouver le repos dans ton intelligence parce que j’y reçois la reconnaissance et la réciprocité de l’intelligence créée. L’esprit créé fusionne avec l’Esprit incréé. »

Ensuite il appuya sa Tête sur mon coeur et il sembla qu’il n’y trouvait pas un repos complet. Il poursuivit en plaçant sa Bouche sur mon coeur et en exhalant. À chacune de ses Respirations, mon coeur se dilatait. Il dit: « Ma fille, je suis déterminé à trouver le repos et je veux respirer dans ton coeur afin de placer en lui tout l’amour que le reste de la création me doit. Mon repos ne peut être parfait avant que je reçoive la réciprocité pour l’amour que je donne. Je veux trouver dans ton cœur l’amour que toutes les créatures me doivent. Ma Volonté va accomplir ce prodige en toi et ton cœur chantera une note au nom de tous. Cette note sera: « Amour ».

Il plaça de nouveau sa Tête sur mon cœur et la laissa s’y reposer. Comme il était beau de voir Jésus au repos! Puis il disparut. Mais il revint aussitôt. Cette fois, il désirait chercher le repos dans mes mains, puis sur mes épaules. Il semblait qu’il voulait vérifier si toute ma personne était consentante et capable de lui accorder le repos.

Celui qui vit dans la Divine Volonté

6 Juillet 1922

Celui qui vit dans la Divine Volonté est dépositaire de la vie sacramentelle de Jésus.

« Pauvre humanité, comme tu es déchue! Je te bénis afin que tu sortes de ton état actuel. Puisse ma bénédiction imprimer en toi le triple sceau du pouvoir, de la sagesse et de l’amour des trois Personnes Divines. Puisse-t-elle restaurer ta force, te guérir et t’enrichir. Et pour t’entourer de protection, je bénis aussi toutes les choses que j’ai créées afin que tu les reçoives scellées de la Bénédiction de leur Créateur. Je bénis pour toi la lumière, l’air, l’eau, le feu et les aliments, afin que tu sois ainsi enveloppée de mes bénédictions. Et puisque vous, créatures déchues, ne méritez pas cette Bénédiction, je passe par ma Mère, pour qu’elle en soit le canal.

« En conséquence, je veux des bénédictions réciproques de la part des créatures. Mais, quelle tristesse! Au lieu de me bénir en retour, elles m’offensent et me maudissent. Pour cette raison, ma fille, entre dans ma Volonté et prends ton essor sur les ailes de toutes les choses créées, scelle-les toutes des bénédictions que toutes les créatures me doivent, et apporte toutes ces bénédictions à mon Cœur tendre et blessé. »

L’âme reproduit Jésus

28 Juillet 1922

L’âme reproduit Jésus, non seulement par ses morts causées par la souffrance, mais aussi par celles causées par l’amour.

Je me sentais complètement submergée dans la très sainte Volonté de mon doux Jésus, quand il vint vers moi et me dit: « Ma fille, fusionne ton intelligence avec la mienne de telle sorte qu’elle envahisse les intelligences de toutes les créatures et qu’elle soit reliée à toutes leurs pensées. Ainsi, ton intelligence sera en mesure de remplacer leurs pensées par un nombre équivalent de pensées dans ma Volonté, et je recevrai la gloire comme si toutes leurs pensées avaient une qualité divine. « Fusionne ta volonté avec la mienne; rien ne doit s’échapper du filet de ta volonté et de ma Volonté. Ma Volonté en moi et ma Volonté en toi doivent fusionner et jouir des mêmes prérogatives. Mais j’ai besoin que tu me remettes ta volonté pour que je puisse la dilater dans la mienne, afin qu’aucune chose créée ne lui échappe. Ainsi, de toutes les choses, j’entendrai l’écho de la Divine Volonté.

Luisa: la première à vivre dans la Divine Volonté

6 Octobre 1922

Que chacune de tes pensées coule en notre Volonté afin que le reflet de notre Intelligence, qui est la source de toute pensée, se pose sur toute intelligence humaine et nous apporte d’une manière divine l’hommage de chaque pensée des créatures.

« Laisse tes paroles et tes travaux couler dans notre Volonté afin qu’ils deviennent des reflets de notre Fiat. C’est ce Fiat qui a créé et soutient toute chose, qui est la source de toute vie, de tout mouvement et de toute parole des créatures. Que chaque acte des créatures s’unisse à notre Fiat et ait la même sainteté que nos oeuvres pour nous rendre gloire. »

Le Livre Du Ciel, Tome 15

La Divine Volonté au Ciel

24 Janvier 1923

Au Ciel, la Divine Volonté est celle de la Très Sainte Trinité incréée (le Père, le Fils et le Saint-Esprit). Elle a formé sur la terre une autre Trinité également habitée par la Divine Volonté; elle est constituée du Fils, de la Mère, et de I’ Épouse. À l’exception de la Vierge Marie, aucune créature n’était auparavant entrée dans la Divine Volonté.

En compagnie de Jésus, j’ai continué à voyager dans sa Volonté en refaisant tout ce qu’il a fait. […]

En perdant ta propre volonté, tu dois vivre uniquement dans la mienne. N’es-tu pas heureuse? » Je répondis: « Merci, ô Jésus, et permets, je t’en supplie, que je suive toujours ta Volonté. »

Quand l’âme agit dans la Divine Volonté

2 Avril 1923

Chaque fois que l’âme agit dans la Divine Volonté, de nouvelles semences de connaissance, de grâce, de sainteté et de gloire y sont déposées: des semences de résurrection.

Dans la mesure où l’âme réalise ses actes dans ma Volonté, elle acquiert la lumière divine car, par nature, ma Volonté est lumière et l’âme qui vit en elle acquiert l’habileté de transformer ses pensées, ses paroles, ses travaux et tout ce qu’elle fait en lumière. »

Par la suite, je dis à mon doux Jésus: « Laisse-moi prier dans ta Volonté afin que, étant multipliées en elle, mes paroles infusent dans toutes les paroles des créatures des accents de prière, de louange, de bénédiction, d’amour et de réparation. Je désire que, en étant élevée entre le Ciel et la terre, ma voix absorbe toutes les voix humaines afin de te les présenter en hommage et pour ta gloire sous la forme que tu désires pour chacune des paroles de tes créatures. »

Pendant que je disais cela, mon cher Jésus mit sa bouche près de la mienne et, par son haleine, absorba ma respiration et ma voix dans la sienne. Les mettant dans sa Volonté, il s’empara de chaque parole et de chaque voix humaine en les transformant de la façon que j’ai dit. Puis, il récita l’office devant Dieu au nom de tous avec toutes les voix humaines.

Différence

21 Juin 1923

La différence entre celui qui vit dans la Divine Volonté et celui qui se trouve en elle uniquement parce qu’il est une créature.

Comme d’habitude, j’adorais mon Amour crucifié, lui disant: « J’entre dans ta Volonté ou, plutôt, donne-moi ta main et place moi toi-même dans l’immensité de ta Volonté, de telle sorte que je ne puisse rien faire qui ne soit un effet de ta très sainte Volonté. »[…]

L’âme qui entre dans ma Volonté fait disparaître l’ombre de sa propre volonté. Ainsi, la lumière de ma Volonté brille sur elle, l’enveloppe et la transforme en elle-même. « L’âme immergée dans ma Volonté éternelle me dit: « Merci, ô sainte et suprême Volonté pour ta lumière et pour tous les bienfaits que tu nous apportes en remplissant le Ciel et la terre de ta lumière. Au nom de tous, je t’offre la reconnaissance pour tous tes bienfaits. » Alors, je ressens tellement d’honneur, de gloire, et de plaisir que rien n’est comparable.

La différence entre l’œuvre de la Création et la manifestation des vérités à l’âme

1er juillet 1923

Je m’unissais à la très sainte Volonté de Dieu en visitant l’esprit de chaque créature et en offrant amour pour amour à mon Jésus pour chaque pensée des créatures.

[…]

« Ma fille, veux-tu savoir les avantages de cette manière de prier? Quand la créature lance le caillou de sa volonté dans l’immense mer de ma Divinité, alors, si sa volonté veut aimer, les eaux de la mer infinie de mon Amour se rident et je sens les ondes de mon Amour exhaler leur parfum céleste; j’expérimente les plaisirs et les joies de mon Amour qui ont été mis en branle par le caillou de la volonté de la créature. Si elle adore ma sainteté, le caillou de la volonté humaine excite la mer de ma sainteté et je me sens rafraîchi par les plus pures effluves de ma sainteté.

« Bref, chaque chose que la volonté humaine accomplit dans ma Volonté est comme un caillou lancé dans la mer correspondante de mes attributs et, à travers les ondes provoquées, je sens que mes propres attributs me sont offerts de même que les honneurs, la gloire et l’amour que, d’une manière divine, la créature me donne ainsi.

[…]

« Voilà ce que signifie entrer dans ma Volonté: mouvoir mon Être et me dire: « Je vois comme tu es bon, aimable, saint, immense et puissant. Tu es tout et je veux tout agiter en toi pour t’aimer et te plaire. »

Seigneur, donne-moi la grâce de bien faire du commencement à la fin tout ce que j’entreprends, et que j’agisse seulement pour toi. Je ne veux plus être l’esclave des créatures.